Safari Immobilier

CHASSEUR D'UN BIEN UNIQUE, LE VÔTRE !

 

Safari Immobilier

Chasseur d'un bien unique, le vôtre !

La recherche immobilière dans les différents arrondissements de Lyon

Lyon, à chaque arrondissement sa particularité ?

Les arrondissements l’urbanisme l’architecture

Par sa situation géographique Lyon est au carrefour de l’Europe du nord et du sud, à la Confluence du Rhône et de la Saône, son histoire marque son identité, une civilisation méditerranéenne, empreinte de culture nordique et germanique. En deux millénaires en fonction des populations, des religions, des incendies, des guerres, l’architecture a évolué, l’urbanisme tente de maîtriser son évolution pour coordonner une communauté homogène.  

C’est en 1852 que la ville de Lyon rattache La Guillotière, la Croix Rousse et Vaise, en créant 5 arrondissements puis progressivement jusqu’à 9 en 1962.

Ils ont déjà leurs particularités, leur personnalité, les différentes municipalités tenteront de les lisser mais nous les retrouvons, chargées d’histoire.

Si vous vous intéressez à l’histoire de Lyon voici un site plein de ressources :

http://www.patrimoine-lyon.org/accueil/histoire-de-la-ville

Le 1er arrondissement de Lyon, travailleur

La colline qui travaille selon Michelet. Il s’agit du plus petit arrondissement mais très riche par son histoire et la créativité de sa population. L’amphithéâtre des Trois Gaules, les canuts, les Traboules, l’hôtel de ville, les Terreaux, l’opéra ou le Musée Saint Pierre (Musée des Beaux-Arts de Lyon), le lycée Ampère (plus vieux établissement scolaire de Lyon avant, Trinité), cet arrondissement est empreint de l’histoire de Lyon. Son architecture est variée des canuts et Traboules à la rénovation de l’opéra par Jean Nouvel.

La population est BoBo (Bourgeois Bohème) avec des actifs, des jeunes, des commerçants et artisans d’art. Des restaurants, bars, bars de jazz, café-théâtres font le plaisir des noctambules.

Le Musée des Beaux-Arts, Musée Saint-Pierre, beau de l’extérieur comme à l’intérieur !

20 Place des Terreaux, 69001 Lyon

http://www.mba-lyon.fr/mba/

Village des Créateurs du Passage Thiaffait, shoppez pour ne rien avoir comme tout le monde !

19 Rue René Leynaud, 69001 Lyon http://www.villagedescreateurs.com

Bar de Jazz  La Clef de Voute, 1 Place Chardonnet, 69001 Lyon – 04 78 28 51 95 https://www.laclefdevoute.fr

Café-théâtre Le Nombril du Monde, 1 Place Chardonnet, 69001 Lyon –  04 72 07 04 44 https://www.lenombrildumonde.com/

Le 2ème arrondissement de Lyon, bourgeois et dynamique

L’hypercentre, bourgeois, catholique, d’histoire et d’avant-garde très varié des pentes à la confluence du Rhône et de la Saône.

La presqu’île très commerçante, le Carré d’or (de place des Jacobins à la place Bellecour) est la partie huppée avec de très belles enseignes et de beaux immeubles ainsi que les rues touristiques de restaurants Mercières ou des Marronniers.

Le quartier d’Ainay (de la place Bellecour jusqu’à la gare de Perrache) est la population pieuse, des boutiques d’art, des antiquaires, l’abbaye de Saint-Martin d’Ainay, la fac catho.

La rénovation du Grand l’hôtel- Dieu est une merveille d’architecture. L’hôtel-Dieu fondé au XIIe siècle avec son Grand Dôme achevé au XIXe siècle par l’architecte Soufflot connaît au XXIe siècle une rénovation totale. Il conjugue le passé avec l’avenir. La rénovation des hospices, hôpital, puis maternité hier, invite à l’hospitalité aujourd’hui, une promenade urbaine par ses nombreuses ouvertures, cours et jardin, un hôtel de luxe, des halles, des commerces, restaurants et bars. Des bâtiments majestueux, grandioses, un point vue obligatoire lorsque nous arrivons à Lyon. https://grand-hotel-dieu.com/fr/   

Puis de Perrache à la confluence, la nouvelle fac catho et son école de commerce dans les anciennes prisons, l’église Sainte Blandine jusqu’au nouveau quartier de la Confluence, des constructions des plus innovantes, sur 150 ha : des sièges sociaux ambitieux et futuristes (Cardinal, Euronews…), des hôtels, restaurants, et lieux de vie culturelle et nocturne, La Sucrière, le Azar club, le Musée des Confluences, un pôle de commerces et de loisirs et des immeubles d’habitation.

Le projet Confluence a pour objectif de doubler la superficie du centre-ville de Lyon, en urbanisant la zone. Il est l’œuvre du maire de Lyon Raymond Barre qui lance l’idée en 1995 en créant la mission Lyon-Confluence. Mais pour connaître l’ampleur du projet, sa chronologie, ses chiffres clés :

http://www.lyon-confluence.fr/ .

La tour Ycone de Jean Nouvel inaugurée en 2019; est réfléchie d’un point de vue mixité sociale, respect de l’intimité de ses habitants, bâtie au centre de ce nouveau quartier confluence composé de bureaux et d’habitations, elle devait pouvoir faire le lien entre eux, elle est bordée de terrasses en verre futuristes, de couleurs très joyeuses.

Musée des Confluences

86 quai Perrache, 69002 Lyon – 04 28 38 12 12 http://www.museedesconfluences.fr/

L’office du tourisme, pour chaque programmation, évènement, mais aussi visites guidées, restaurants, hébergements une mine d’infos…

Place Bellecour 69002 Lyon. https://www.lyon-france.com/

Les Bateaux Lyonnais – Croisières Promenade 2 quai des Célestins Lieu d’embarquement des promenades – 69002 Lyon 2ème https://www.lesbateauxlyonnais.com/

Le 3ème arrondissement de Lyon, hétérogène, cosmopolite et avant-gardiste

Il s’agit de la rive gauche du Rhône, l’arrondissement le plus peuplé. Certainement le plus hétérogène des arrondissements, tant par son histoire, son bâti que sa population. De la Part Dieu « la travailleuse » le quartier d’Affaires de Lyon en pleine rénovation avec ses building avant-gardistes, en passant par la quartier Préfecture plus bourgois, ou Les Halles de Lyon Paul Bocuse avec les barres construites par un élève de Le Corbusier et son Auditorium en forme de coquille saint-jacques de béton, d’acier et de lumières; il se compose aussi plus au sud/est, du quartier Guillotière avec sa Bourse du Travail, aujourd’hui salle de spectacles et de conférences des plus agréables, ainsi que ses restaurants asiatiques face, aux restaurants de couscous, et encore du quartier Lumière Montchat et Monplaisir, à l’esprit village très familial … la mixité sociale et architecturale règne avec force et il s’agit d’un arrondissement en pleine mutation où l’on trouve de jolis restaurants et de belles boutiques d’artisans branchés, ou plus traditionnels dans le centre commercial de La Part Dieu avec de nombreux espaces de co-working.

L’auditorium de Lyon – 149 rue Garibaldi – 69003 Tel : 04 78 95 95 95 –

A voir son bâtiment, une prouesse architecturale Monolithe de béton précontraint et d’acier, l’Auditorium impose sa silhouette au coeur du quartier de la Part-Dieu. Conçu par Charles Delfante, urbaniste et architecte en chef de la Part-Dieu, et Henri Pottier, grand prix de Rome, l’Auditorium fut inauguré le 14 février 1975 après plus de trois ans de travaux titanesques. Son orgue chargé de 130 ans d’histoire. Construit pour l’Exposition universelle de 1878 et le Palais du Trocadéro, à Paris, cet instrument monumental (82 jeux et 6500 tuyaux) fut la «vitrine» du plus fameux facteur d’orgues français, Aristide Cavaillé-Coll. Réinstallé en 1937 au palais de Chaillot. Il est istallé à Lyon en en 1977 par Georges Danion.

La Bourse du Travail – 205, Place Guichard – 69003 Lyon 04 72 10 30 30
A voir aussi son bâtiment Art Déco, c’est en 1891 que la Bourse du Travail de Lyon voit le jour, d’abord comme un lieu où le mouvement révolutionnaire lyonnais à pu se développer. C’est ici que bouillonnèrent toutes les grandes luttes sociales de l’agglomération de 1936 à 1968 en passant par les luttes des métallos en 1938, des « gars » du Bâtiment, des traminots comme en 1958, des fonctionnaires et de leur grande grève de 1953, des postiers etc etc.Au fur et à mesure, la salle accueille des pièces de théâtre qui permettent à la classe ouvrière de faire connaître ses opinions et de faire entendre ses idées. Aujourd’hui, la Bourse du Travail de Lyon est spectatrice de grand nombre de concerts, de spectacles humoristiques ou de danse, etc.

Les spectacles : www.bourse-du-travail.com

Le 4ème arrondissement de Lyon – La Croix Rousse BOBO

En opposition à la colline qui prie, Fourvière, la Croix Rousse est « La colline qui travaille », l’autre quartier dominant Lyon, chic et bohème. Du Rhône à la Saône, depuis les Terreaux ou l’Opéra, on monte sur les « les pentes » jusqu’au plateau de les Croix Rousse. Les immeubles sont chargés d’histoire, il règne une ambiance village, un peu bobo et très agréable. Les Canuts, des appartements rénovés avec mezzanines, des appartements classiques avec parquets, quelques petites maisons, ou encore des immeubles récents cossus, l’architecture est variée et la richesse derrière les murs, à l’abri des regards. L’environnement est plutôt familial et jeune avec des bars, des boutiques ou des restaurants chaleureux. Quant au célèbre Marché de la Croix Rousse … il est tous les matins sauf le lundi pour régaler vos papilles !

Marché de la Croix-Rousse bd de la Croix Rousse 69004 LYON – tous les matins sauf lundi https://www.lyon.fr .  

Le 5ème arrondissement de Lyon, historique -Vieux Lyon – Saint Just

Il couvre la rive droite de la Saône de Saint George à Saint Paul, ainsi que la colline de Fourvière, Saint Just, Sainte Irénée, le Point du Jour. Arrondissement où se côtoient des croyants, des touristes, des familles et des étudiants. Le quartier historique est la partie basse proche de la Saône, un musée à ciel ouvert, avec ses maisons les plus anciennes de Lyon, la maison Thomassin, place du Change, XIIIème siècle, la façade sur cour de l’impasse Turquet, une demeure du XIVème siècle, ou la Maison Le Viste 29, rue Saint Jean, elles témoignent de l’activité de commerce et d’artisanat et de la richesse de la bourgeoisie lyonnaise naissante. Puis en montant sur la colline qui prie, selon Michelet, l’urbanisation, les constructions, d’immeubles, de villas tout azimut, laissent un choix varié d’hébergement. Plusieurs écoles ont élu domicile Les Maristes, les Lazaristes, et d’autres, comme les étudiants gravissent quotidiennement les marches pour atteindre leurs collèges ou lycées, ont dit qu’ils se préparent physiquement aux saisons de ski ! Le collège des maristes ou Sainte Marie de Lyon, dont l’architecture ne laisse pas indifférent, témoigne de l’œuvre architectural d’hier et d’aujourd’hui.

https://www.sainte-marie-lyon.fr/esprit-maison/larchitecture/

« Depuis trente ans, Sainte-Marie-Lyon confie ses bâtiments à un architecte hors du commun, réfractaire au système de la mode, le travail de Georges Adilon explore, depuis trente ans, une voie solitaire et silencieuse, qui ne cherche d’autre reconnaissance que celle de ses habitants. D’une fidélité et d’une constance remarquable, ces derniers ont permis à l’architecte d’écrire successivement plusieurs chapitres d’une oeuvre que le temps révèle et épaissit. La construction la plus récente, achevée en 2018, abrite dix classes de troisième et présente un spectaculaire empilement de monolithes gauchis et chahutés, mis en oeuvre dans une palette de matériaux, plutôt minimaliste, le béton brut, l’acier inox, le chêne massif. »

Pour comprendre son histoire, sur le site de l’Office du Tourisme : https://www.lyon-france.com/Je-decouvre-Lyon/sites-et-monuments/Renaissance/Le-Quartier-du-Vieux-Lyon

« A la Renaissance, son apogée, les quartiers sont organisés autour de 3 édifices religieux : au sud, Saint-Georges, quartier d’artisans ; au centre, Saint-Jean, quartier du haut clergé et de l’aristocratie ; au nord, Saint-Paul, quartier de la grande bourgeoisie, centre financier et commercial. De grandes familles de banquiers et commerçants italiens s’y sont établies, faisant construire de somptueuses demeures.
En 1960, le Vieux Lyon était en triste état. De nombreux bâtiments étaient menacés et des projets d’urbanisme prévoyaient destructions et mutilations. Grâce à l’action de l’Etat (André Malraux, Ministre de la Culture), d’une association “la Renaissance du Vieux Lyon” et de la Ville, le Vieux-Lyon fut premier quartier français “secteur sauvegardé” en 1964. »

Le vieux Lyon se visite, accompagné bien sûr, ce sera plus efficace ! https://www.lyon-visite.info/vieux-lyon/ ou avec l’Office du Tourisme https://www.visiterlyon.com/

Le 6ème arrondissement de Lyon, huppé et chic

La presqu’île étant surpeuplée, différents ponts vont être construits afin d’élargir Lyon vers le sud et l’est. Le Pont Morand a été terminé en 1775 pour les piétons et 1776 pour les voitures, un canal a été conçu afin de détourner les eaux du Rhône qui inondait régulièrement la partie est de Lyon.Le 6e arrondissement est une ancienne zone de plaine alluviale inondable du Rhône : depuis 15 000 ans le fleuve charrie sable et galets et ces alluvions s’accumulent pour former les îles des Brotteaux et des lônes. Le paysage est mouvant : le lit principal du Rhône passe avant 1730 au milieu de ce qui deviendra le parc de la Tête d’or. Sur les îles les moins exposées à la submersion sont implantées des fermes : celles de la Tête d’Or, de Bellecombe, de l’Emeraude. Mais l’activité n’était pas qu’agricole : les Lyonnais venaient se promener et se distraire dans des guinguettes plus ou moins autorisées. Le marionnettiste Cardinely fait plusieurs saisons aux Brotteaux, à compter de 1777.

Cet arrondissement date de 1867, au départ la plaine des Brotteaux est un lieu d’organisation d’évènements Montgolfière, Cirques …  Puis, les fameux Brotteaux, deviennent le quartier des nouvelles fortunes acquises au XIXème siècle et des cadres supérieurs qui arrivent à Lyon. Il s’étend du cours Lafayette, le long de la rive droite du Rhône jusqu’au Nord du Parc de la Tête d’Or, et vers l’est jusqu’à Villeurbanne. De nombreux terrains sont encore propriété des Hospices Civils de Lyon. Quartier commerçant, résidentiel, ayant l’un des lycées de Lyon des plus réputés le lycée du Parc. Les accès autoroutiers sont rapides et la gare de la Part dieu proche, des impératifs pour les chefs d’entreprises et les cadres supérieurs souvent en voyages.

Le quartier des Brotteaux – L’urbanisation de ce quartier a débuté à la fin du XVIIIe siècle sous l’impulsion de l’architecte et urbaniste Jean-Antoine Morand de Jouffrey (17271794).

Après la terrible inondation de 1856, la digue de la Tête d’or est constituée à la limite ouest et nord du parc. Les travaux du Parc de la Tête d’Or commencent dès 1856, sous la direction des paysagistes suisses Denis et Eugène Bühler. Le parc est inauguré après cinq années de travaux mais il est ouvert dès 1857. La partie sud du parc, le long du boulevard des Belges est urbanisée à partir de 1892. Les hôtels particuliers et autres maisons bourgeoises possèdent un accès privé au parc.

L’actuel bâtiment de la gare de Lyon-Brotteaux est inauguré en 1908 sur la ligne Lyon-Genève. Gare de raccordement entre les lignes Paris-Marseille et Lyon-Genève, elle est désaffectée après l’ouverture de la nouvelle gare TGV de La Part-Dieu. Réhabilitée en 1988 par l’architecte Yves Heskia, elle abrite un hôtel des ventes, des bureaux, restaurants, bars et une discothèque.
Elle fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis le 7 mai 1982.

La Cité internationale est un quartier récent de la ville de Lyon. Il est situé entre une boucle du Rhône et le parc de la Tête d’or. Il occupe l’espace de l’ancienne foire de Lyon. Elle est signée Renzo Piano, architecte de renom.

Elle accueille des bureaux, des habitations, des cinémas, des hôtels, un centre de congrès et le MAC Musée d’Art Moderne de Lyon – Cité Internationale, 81, quai Charles de Gaulle 69006 LYON 04 72 69 17 17 – http://www.mac-lyon.com

Le 7ème arrondissement de Lyon, la matière grise

Longeant la rive gauche du Rhône, vers le sud, il est le plus vaste et comprend les quartiers de la Guillotière, de Jean Macé et de Gerland. Quartier des grands projets de Herriot.

Il marie des zones d’habitation très populaires où se sont installés de nombreux immigrés avec des quartiers récents à la population plus mêlée. Quartier du futur de Lyon, avec ses centres de recherche, ses universités, ses entreprises de nouvelles technologies et de l’industrie médicale et son lycée international.

Université Lyon 1 Claude Bernard, l’Ecole Normale Supérieure, l’Institut d’Etudes Politiques, l’Institut Supérieur d’Agriculture et d’agroalimentaire l’ISARA ou encore d’ici 2022, le campus de l’EM Lyon qui s’installera sur l’ancien site Nexans …

Des sociétés dynamiques, 2e pôle tertiaire de la métropole lyonnaise après la Part-Dieu, Gerland accueille 2 350 entreprises et le port Edouard Herriot, SANOFI, TECHNIP, MERIAL, NEXANS, P4 JEAN MERIEUX …

Le port fluvial de Lyon Edouard-Herriot assure le rôle de plate-forme multimodale de proximité pour tous types de marchandises. Il est sous concession de la Compagnie nationale du Rhône.

Arrondissement sportif avec le stade de Gerland, le Palais des Sports de Lyon, la piscine du Rhône, le parc de Gerland et les quais du Rhône … cet arrondissement regorge de solutions pour se bouger !

La Halle Tony-Garnier dès 1905, l’architecte Tony Garnier se voit confier par les maires Jean-Victor Augagneur puis Édouard Herriot, la construction des futurs abattoirs de La Mouche et du Marché aux bestiaux et de nombreux travaux tels que l’hôpital Grange-Blanche, le stade de Gerland, le Monument aux morts du Parc de la Tête d’Or, l’École de Tissage de la Croix-Rousse, ou enfin le quartier des États-Unis, alors l’un des plus importants chantiers du monde. Réhabilitée en 1988 et 2000, sa superficie de 17 000 m² équivaut à pas moins de deux terrains de football mis bout à bout et, prouesse technique, la charpente métallique de son édifice est d’un seul tenant, sans pilier central, mis au point par l’Atelier de la Rize. Sa capacité maximum est de 17.000 personnes (modulable).

LA HALLE TONY GARNIER – 20, place des Docteurs Charles et Christophe Mérieux – 69363 Lyon Cedex 07 – https://www.halle-tony-garnier.com/

Le 8ème arrondissement de Lyon, santé et lumière

Il est situé entre les 3e et 7e arrondissements de Lyon et les villes de Bron et Vénissieux. Né de la scission du 7ème arrondissement, il se compose du quartier Monplaisir où trône La villa Lumière et du quartier des Etats-Unis, chantier titanesque de Herriot à l’architecte Tony Garnier.

La cité Tony Garnier : La ville campagne longtemps rêvée devient réalité dans les années 1920 grâce à Tony Garnier, architecte et urbaniste Lyonnais. Dès 1912, le premier veut étendre la ville et créer un axe Guillotière-Vénissieux. Tony Garnier s’attèle à ce projet de construction d’usines, de logements, de services publics et d’écoles pour un total de 12 000 habitants sur une longueur de 5 kilomètres2. Pour mener à bien ce projet, on crée un office public d’Habitat Bon Marché (HBM) le 29 mai 1920. Le premier locataire s’installe le 1er juillet 1930.

L’institut Lumière : maison du cinéma avec une double vocation de conservation du patrimoine et de diffusion de films depuis sa création en 1982. Les frères Lumière ont conçu leur Cinématographe, l’appareil qui a permis en 1895 la prise de vues et la projection de leur premier film, La Sortie des usines Lumière. Musée et Institut Lumière – 25, rue du Premier Film, 69008 Lyon.

L’Université Jean Moulin Lyon 3 dite « la manufacture des tabacs »: Très belle architecture de brique rouge, mise en lumière à la tombée de la nuit. Lorsque la SEITA, propriétaire du site annonce son départ, la communauté urbaine de Lyon saisit l’opportunité. Trois années de réhabilitation ont été nécessaires pour enfin accueillir les étudiants en 1992. Elle est inscrite comme Monument du patrimoine du XXème siècle.

Grange-blanche, Laënnec, Mermoz, le quartier de la santé avec ses hôpitaux, cliniques et centre universitaire. Le quartier de Laënnec, du nom de René-Théophile-Hyacinthe Laënnec, médecin et inventeur du stéthoscope, comprend la faculté de médecine et pharmacie. Ce campus rassemble le domaine Rockefeller et le domaine de la Buire. La Faculté est adjacente à l’hôpital Edouard Herriot et au centre hospitalier du Vinatier.  En 1930, la faculté de médecine s’installe sur le domaine Rockefeller. La Faculté de Médecine et de Pharmacie peut être considérée comme le chef-d’œuvre de Paul Bellemain, architecte du Département du Rhône et de l’Université de Lyon. L’édifice, de par son aspect général, ses dimensions et sa conception, constitue avec l’Ecole d’infirmière de Rockefeller et l’Hôpital Edouard Herriot construit par Tony Garnier, un ensemble architectural et urbain exemplaire et un témoignage important de l’école d’architecture Lyonnaise de l’entre-deux guerres.

La Maison de la Danse – 8 avenue jean Mermoz – 69008 Lyon – 04 72 78 18 00

Le 9ème arrondissement de Lyon

Il part de la rive droite de la Saône des Mont d’Or jusqu’au Vieux Lyon, c’est le quartier historique Saint-Rambert-l ‘Ile-Barbe. Puis l’ancien quartier ouvrier de Vaise aujourd’hui rénové, avec une multitude d’immeubles récents de bureaux et d’habitations, des commerces, des restaurants et cinémas ; ainsi que La Duchère en plein devenir, un grand ensemble de tours des années d’après-guerre, qui ont été démolies, réhabilitées ou reconstruites qui regardent Lyon et les monts du lyonnais. 

Dans le centre de Vaise, le TNG – Théâtre Nouvelle Génération :  Initialement conçu comme salle des fêtes (1930-1933) par l’architecte Michel Roux-Spitz, le bâtiment du TNG à Vaise a également fait office d’école, de sécurité sociale, de bains-douches et de mairie (de 1964 à 1974) avant d’être aménagé en théâtre (en 1979). Le Théâtre des Jeunes Années s’y installe en 1980

Sur les quais de Saône au nord du Vieux-Lyon, le Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Lyon (CNSMDL) est un établissement public à caractère administratif qui dispense un enseignement professionnel de la musique et de la danse. Ces bâtiments historiques du clos des Deux-Amants, dont l’agencement actuel est dû à l’architecte Chabrol (milieu du  XIXe siècle ), furent rénovés et agrandis entre 1985 et 1988 pour accueillir le CNSMD de Lyon.

Contact

100 D Cours Lafayette
69003 Lyon

06 61 88 00 39

jerecherche@safari-immobilier.com

Convictions  

Tout le monde est concerné par l’immobilier, d’ailleurs chacun a son avis sur un appartement, son prix ou sa valeur. Du coup, il est souvent difficile de savoir à qui se fier et comment faire le bon choix.

 

La promesse
 

Vous accompagner dans votre recherche immobilière de la clarification de vos besoins et envies jusqu’à votre aménagement. Vous conseiller dans votre investissement, dénicher la perle rare du marché, vous aider à choyer votre foyer, de la recherche de votre bien à l’achat de votre canapé ou de votre œuvre d’art.

 

 

À Propos

 
Safari-Immobilier pourquoi ?

Passionnée d’immobilier depuis toujours, à titre personnel comme professionnel j’aime être à l’affût des plus belles pépites du marché. Safari c’est l’envie d’en faire mon métier, de mettre cette passion au service de mes clients.

 

 

Pin It on Pinterest